Créer son entreprise au Royaume-Uni : le guide pratique

Tenté par l’envie de créer votre entreprise au Royaume-Uni ? Un marché économique dynamique, une fiscalité avantageuse et des démarches simplifiées sont autant d’atouts pour les entrepreneurs désirant s’établir sur le territoire britannique. Ce guide pratique vous aidera à mieux comprendre les étapes clés du processus, depuis le choix de la forme juridique jusqu’à la procédure d’enregistrement. Cliquez et découvrez comment réussir à monter votre propre entreprise outre-Manche.

Obtention du visa et permis de travail

Dans un premier temps, il est essentiel de vérifier que vous disposez des autorisations nécessaires pour travailler au Royaume-Uni. Les ressortissants européens ne sont plus exemptés de visa depuis le Brexit. Pour créer une entreprise, il faudra donc se conformer aux exigences en matière de visas et de permis de travail, notamment en obtenant un visa de type « Innovator » ou « Start-up ».

Choix de la forme juridique

Le choix de la structure juridique est crucial pour créer une entreprise au Royaume-Uni. Parmi les principales formes juridiques, on distingue :

  • Limited Liability Partnership (LLP)
  • Public Limited Company (PLC)
  • Sole Trader (auto-entrepreneur)
  • Private Limited Company (LTD)

Chaque forme juridique présente des avantages et quelques inconvénients, en terme de responsabilité, de fiscalité et de gestion. Il est recommandé de bien se renseigner sur les implications légales et fiscales de chacune avant de faire son choix.

Limited Liability Partnership (LLP)

L’LLP est un partenariat à responsabilité limitée qui protège chaque associé contre les dettes. Les membres sont imposés individuellement en fonction de leur participation au capital social. C’est une structure souple et transparente dans laquelle l’exercice de la direction n’est pas réservé aux actionnaires.

Public Limited Company (PLC)

La PLC est une société anonyme dont le capital est réparti entre les actionnaires, fruit d’une émission d’actions cotées en bourse. La direction est assurée par un conseil d’administration. On note généralement une séparation entre les dirigeants et les propriétaires.

À lire Une exploration des tutos midjourney gratuits : le trésor caché de Mayboutik

Sole Trader (auto-entrepreneur)

Le Sole Trader est l’équivalent britannique de l’auto-entrepreneur. L’activité est exercée sous l’entière responsabilité de l’individu, sans limite de protection du patrimoine personnel. Cette forme juridique est simple, souvent choisie par des freelances ou des travailleurs indépendants pour sa faible complexité administrative.

Private Limited Company (LTD)

Enfin, la LTD est une société à responsabilité limitée dont le capital est divisé en parts sociales détenues par les actionnaires. Les dirigeants sont généralement salariés de la société. La responsabilité des actionnaires est limitée au montant du capital investi.

Enregistrement auprès des autorités

Une fois la forme juridique choisie, il faudra procéder à l’enregistrement de l’entreprise auprès de Companies House, l’équivalent britannique du registre du commerce et des sociétés. L’inscription se fait en ligne avec un formulaire sur le site de Companies House. Il est obligatoire de fournir :

  • Un nom d’entreprise valide
  • Une adresse postale à jour
  • Les coordonnées des actionnaires et des personnes ayant un contrôle significatif (PSC)
  • Le mémorandum et les statuts régissant l’organisation de votre entreprise

L’enregistrement donne lieu à l’obtention d’un numéro d’identification unique, appelé « Company Number ». Des frais d’immatriculation sont également à prévoir, à hauteur de £12 minimum pour une inscription en ligne.

Ouverture d’un compte bancaire professionnel

Une fois l’entreprise créée, vous devrez ouvrir un compte bancaire professionnel auprès d’une banque britannique. Certaines exigences sont nécessaires pour conduire cette étape :

  1. Avoir plus de 18 ans
  2. Être résident britannique ou posséder un visa approprié
  3. Fournir les documents requis, tels qu’une pièce d’identité et des justificatifs de domicile
  4. Démontrer que votre entreprise est enregistrée auprès de Companies House (fournir le « Company Number »)

Il est important de comparer les offres et tarifs des différentes banques avant de prendre sa décision.

Gestion administrative et fiscale

Enfin, il faudra veiller à remplir toutes vos obligations administratives et fiscales. Pour cela, vous aurez besoin de vous familiariser avec plusieurs organismes :

À lire Les astuces pour trouver des accessoires pas chers et de qualité pour votre machine à coudre

  • Her Majesty’s Revenue and Customs (HMRC) : équivalent britannique de l’administration fiscale, cet organisme s’occupe également des cotisations sociales.
  • Companies House : chargé de l’enregistrement et de la diffusion des informations concernant les entreprises au Royaume-Uni.
  • VAT : système de taxe sur la valeur ajoutée dont l’immatriculation peut être obligatoire si le seuil de chiffre d’affaires annuel dépasse £85 000.

Veillez à vous tenir informé des réglementations en vigueur pour rester en conformité en permanence.

Créer son entreprise au Royaume-Uni implique un certain nombre de démarches et une bonne connaissance du cadre légal et fiscal. Les bénéfices sont toutefois indéniables : un marché porteur, une fiscalité avantageuse et un environnement propice à l’entrepreneuriat. En suivant ce guide pratique, vous pourrez mettre toutes les chances de votre côté pour réussir votre projet outre-Manche.